Le Cuivré de la bistorte

Les adultes de ce petit papillon s'observent de la mi-avril à début juillet (1 génération/an). Les œufs sont pondus isolément sous des feuilles de la Renouée bistorte Polygonum bistorta, unique plante nourricière de la chenille, visible de la mi-juin à début août. Elle se chrysalide au niveau de la litière. Les déplacements des adultes n’excédent généralement pas 100 m. Ils se nourrissent du nectar d’une trentaine d’espèces de plantes. Les adultes gagnent le sommet des plus hauts arbres présents dans le voisinage en fin de journée et y passent la nuit, posés dans le feuillage. La présence d'arbres élevés est un élément important dans la structure de l'habitat de cette espèce et cet élément est souvent négligé dans les mesures de protection.


En Wallonie, l’espèce est liée aux prairies humides ou aux bas de versants mésophiles abandonnés dans les fonds de vallées, ainsi qu’aux périphéries de tourbières et bas-marais sur les hauts-plateaux, situés le long de lisières forestières bien ensoleillées et abritées ou envahis de bosquets d’arbres ou de buissons de saules.
L'habitat doit réunir, dans un périmètre de quelques hectares, un certain nombre d’éléments permettant de rencontrer les besoins de l’espèce à tous les stades de son cycle de vie, en particulier :


•    des plantes nourricières pour les chenilles en bonne densité et situation ensoleillée;
•    des sources de nectar suffisantes durant la période de vol des adultes;
•    des lisières ensoleillés et abrités à proximité immédiate d'espaces herbacés peu ou pas exploités(fauches limitées ou pâturage extensif).


Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2b du décret du gouvernement wallon du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèces menacées en Wallonie).


La zone du projet couvre une région très importante pour le Cuivré de la Bistorte (Lycaena helle) en Wallonie et en Belgique, puisque 184 stations y ont été recensées, ce qui représente plus d’un cinquième des populations belges répertoriées de 2001 à 2012 (843 unités).

Lettre d'information

Intéressé par notre projet ? Inscrivez-vous pour être informés de l'avancement de nos actions.

Désinscrivez-vous de notre newsletter

Partenaires